Professor Richard Werner Exposes the Trade Secret of Banking

(Starts at 2:41)

“Central banks’ credit policies have created over 100 banking crises in the past 40 years.”

Also, if you appreciate historically-accurate documentaries, watch this:

The documentary is based on Werner’s book Princes of the Yen.

Two Handsome French Patriots & Bros Collaborate in Creating a Nasty Caricature of Their Current President

What you can’t see in this picture is the ear piece inside the president’s right ear, which normally is used for translation purposes, but President Hollande uses it to take orders from a cabal of Zionists seeking to manipulate French policy against the best interests of France.

12469970_1633204453571014_959743411_o

Le traffic d’armes. Une vraie saloperie transnationale

C’est toujours la mème chose:

Pays Corrompu X, sponsorisé à fond les ballons par les États-unis, décide d’achèter des armes russes vendu par Pays Corrompu Y (sponsorisé lui aussi par les États-unis), afin de provoquer et/ou denoncer Pays Corrompu Z, soit l’enemi désigné de l’empire sioniste americain.

Il faut bien comprendre que l’histoire se répète.  Notons que:

  • En 1994, juste avant le génocide rwandais, il s’agissait d’une milice Rwandaise (le FPR), cliente du traffic d’armes russes provenant d’un regime Ugandais allié aux US et au FPR. Le FPR avait pour but d’abattre un avion contenant le president Rwandais Juvenal Habyarimana afin que le chef de cette milice, Paul Kagame, puisse prendre contrôle du pays. Lisez Bernard Lugan, Rwanda: Un Genocide en Questions
  • Aujourd’hui, au Moyen Orient, il s’agit d’un règime Qatari acheteur d’armes russes provenant d’un régime neo-nazi Ukrainien qui fut installé après un coup-d’état sponsorisé par les États-unis. Son but? La préparation d’attentats sous fausse bannière – le bombardement d’un camp de l’Armée syrienne – afin d’accuser et de provoquer la Russie. Lisez Réseau Voltaire, toujours au taquet concernant la géopolitique du Moyen Orient.

Pauvre Russie…. Vlad Poutine doit vraiment en avoir plein le cul.